Recrutement inclusif : définition et méthodologies

Recrutement inclusif

Consciente ou non, la discrimination à l’embauche est encore bien trop présente dans le monde du travail en France. Or, nous vivons dans une société multiculturelle. C’est pourquoi aujourd’hui, l’inclusion et la diversité jouent un rôle important dans le monde du travail. Le recrutement inclusif prend ainsi toute sa place pour garantir les mêmes chances à tous d’accéder à un emploi. Découvrez quelques éléments clés pour une méthode de recrutement plus inclusive. 

Qu’est-ce que le recrutement inclusif ? 

En 2021, l’IFOP a proposé une étude sur la discrimination à l’embauche en France. Selon cette dernière, 1 personne sur 5 s’est sentie victime d’une discrimination au cours d’un processus de recrutement. En effet, à diplômes et compétences égales, certains candidats se voient envoyer 4 fois plus de CV pour obtenir un entretien d’embauche. 

Pourtant, il est bien stipulé dans le Code du travail (Loi n° 2008-496 du 27 mai 2008) qu’aucun salarié ne peut être discriminé au travail ou lors de son embauche. Cette loi prend en compte une vingtaine de critères tels que l’âge, le sexe, l’origine ou encore le handicap et l’orientation sexuelle. 

Ainsi, le recrutement inclusif a pour objectif de garantir une égalité des chances à toutes les personnes à la recherche d’un emploi, et ce, durant toutes les phases du processus de recrutement. 

Recrutement inclusif : un levier pour les entreprises ? 

Outre le fait de garantir les mêmes chances à tous les talents, cette démarche s’engage dans un enjeu sociétal et offre un plus grand vivier de candidats aux entreprises. Il permettrait même d’atteindre des profils atypiques ou inattendus. Ce qui est un véritable atout dans le cas des métiers sous tension, par exemple. 

Autre point intéressant, il permet de créer des équipes diversifiées composées d’employés de tout âge, en situation de handicap ou encore d’origines variées. Résultat : une équipe riche et représentative de la société. 

Les bonnes pratiques

1 – Favorisez l’écriture inclusive lors de la rédaction de votre annonce

Le texte de votre offre d’emploi doit être rédigé de manière à ne pas discriminer certains candidats. Ainsi, nous vous conseillons de prendre soin de ne pas employer des termes tels que : 

  • « Jeune et dynamique », ce qui induit que les séniors ne seraient pas dynamiques ;
  • « Issu d’une grande école », alors que les universités proposent des diplômes tout aussi réputés ; 
  • « une boulangère » ou « un plombier », qui induit une discrimination sur le genre du candidat. 

💡 Gardez en tête que votre recrutement doit s’ouvrir au plus grand nombre et que chaque candidat doit pouvoir se projeter.  

2 – Diversifiez votre sourcing

Votre offre d’emploi est bien inclusive ? Maintenant, il est temps de la diffuser. Pour cela, nous vous conseillons de varier le plus possible les canaux où vous publiez votre annonce. Vous vous ouvrirez ainsi aux candidats de tous les horizons et favoriserez la diversité. Vous pouvez, par exemple, optez pour : 

  • Des associations qui font la promotion de la diversité ; 
  • Des missions locales ; 
  • Des écoles et des universités situées dans des quartiers prioritaires ;
  • Les entreprises d’insertion ; 
  • Les ESAT (Établissement et service d’aide par le travail) ; 
  • Des associations de quartiers… 

💡 Cette méthode permet d’éviter ce qu’on appelle « le syndrome de clonage ». En effet, en diffusant votre offre d’emploi sur les mêmes sites à chaque fois, vous recevrez des candidatures du même type de profil à chaque fois. 

N’hésitez pas non plus à vous appuyer sur d’autres méthodes de recrutement : 

  • Street sourcing ; 
  • Recrutement sans CV ; 
  • Cooptation ; 
  • Réseaux sociaux… 

3- Mettez le focus sur les compétences requises pour le poste

C’est l’erreur de beaucoup de recruteurs : faire une liste infinie de compétences qui ne sont pas toujours pertinentes pour le poste en question. En plus de cela, beaucoup mettent trop d’emphase sur des points du CV qui ne sont finalement pas bloquants pour le poste.

👉 Pour éviter de faire la même chose, l’idéal est de créer une grille d’évaluation avec les compétences clés qui vous permettront de traiter les candidats sur un pied d’égalité. 

💡 Vous pouvez bien évidemment vous appuyer sur les soft skills.

4- Sélectionnez les candidats sans préjugés 

Le traitement des candidatures doit se faire de la manière la plus neutre possible. Ainsi, vous ne pouvez pas exiger des informations inutiles pour le traitement des candidatures telles qu’une photo ou l’âge du candidat. Le CV anonyme est un excellent outil pour éviter les préjugés lors de la sélection des talents. Cela vous permettra, par la même occasion, de vous concentrer sur les expériences professionnelles et les compétences requises uniquement. 

👉 Il convient bien sûr de conserver cette neutralité lors de l’entretien d’embauche. L’idéal est encore une fois, de préparer une grille d’évaluation pour procéder à un recrutement équitable. 

5 – Sensibilisez vos équipes à la non-discrimination

Autre élément essentiel au recrutement inclusif : former vos équipes à la non-discrimination. Que celles-ci soient actrices ou non de votre processus de recrutement, cette étape clé vous permettra de renforcer votre culture d’entreprise. De plus, elle favorisera l’intégration des nouvelles recrues. 

💡 Vous pouvez, par exemple, proposer une formation spécifique à vos collaborateurs.

Finalement, faire de la diversité une stratégie renforcera votre marque employeur ! De plus, vous contribuerez à la diversité au sein de notre société.