--> Télétravail : où en est-on aujourd’hui ?

Télétravail (partie 1) : où en est-on aujourd’hui ?

Télétravail : où en est-on aujourd’hui ?

Dans un contexte sanitaire inédit, les entreprises ont été contraintes d’avoir recours massivement au télétravail. Cette période a bouleversé la manière de travailler et risque de changer en profondeur des pratiques qui étaient déjà en transition. Aujourd’hui, 85 % de télétravailleurs souhaitent conserver la possibilité de travailler depuis leur domicile (1). Cependant face à cet engouement des questions demeurent : le télétravail est-il toujours bien vécu ? Si oui à quelles conditions ? Comment les entreprises s’organisent-elles aujourd’hui pour faire face à cette nouvelle donne ? Nous avons mené l’enquête pour vous dans cet article !

Télétravail : une pratique plébiscitée par les salariés sous certaines conditions

Le télétravail existait déjà avant la crise du COVID. 36.000 salariés (environ 39% des effectifs éligibles) en bénéficiaient régulièrement ou occasionnellement en France sur la base du volontariat avec un maximum de trois jours par semaine (2). Depuis, il a été expérimenté par près de 5 millions de Français (3) pendant la période du confinement.

Gain de temps, économies…les points positifs

Une étude réalisée par Opinionway pour Jouve, en partenariat avec Maddyness, durant la première quinzaine de juin montre que l’expérience a été bien vécue mais elle comporte des points d’amélioration pour être pérennisée comme le montrent les chiffres ci-dessous (4).

Le télétravail comprend de nombreux points positifs et sans surprise le temps de transport arrive en tête. 63% du panel estime que le télétravail leur permet de gagner du temps sur les trajets. Le télétravail permet de mieux s’organiser (44%) et de faire des économies. Pour 38% des participants à l’étude, le télétravail permet de mieux maîtriser son budget alimentaire (38%). Enfin, 25% des salariés estiment être plus productifs à la maison qu’au bureau.

Isolement, risques psychosociaux…les zones de risque

Cependant le télétravail comporte des difficultés que l’employeur doit prendre en compte afin de pérenniser ce nouveau mode de travail :

  • Le manque de contact avec les collègues et le management ;
  • Le risque d’isolement ;
  • La difficulté à définir la limite entre vie professionnelle et vie personnelle qui peut être une source de stress.

Poursuivre le télétravail, oui mais à quelles conditions ?

Toujours selon l’étude réalisée par Opinionway pour Jouve, plus de 9 salariés sur 10 aimeraient prolonger cette expérience mais pour 51% d’entre eux, seulement quelques jours par semaine ou de manière occasionnelle (26%). Une des conditions de réussite du travail à domicile est d’être équipé de matériel informatique de qualité (45%), d’une indemnité pour l’électricité (43%) et d’un meilleur équipement bureautique.

Télétravail : les DRH et les dirigents prônent un modèle hybride

Les DRH constatent que les lignes ont bougé depuis le confinement. « On est passé sur l’autre rive et on ne pourra pas revenir en arrière », estime ainsi Audrey Richard, présidente de l’ANDRH, association nationale des DRH. D’après une enquête menée par l’ANDRH (5), 85% des DRH pensent que le développement du télétravail de façon pérenne est souhaitable. Ils prônent, à l’instar des salariés, « un modèle hybride mêlant présentiel et télétravail ». 60% des RH envisagent ainsi d’avoir plus d’un quart de leurs salariés en télétravail avec une moyenne de 2 jours par semaine (6).

  • Pour les DRH, les bénéfices sont les suivants (7) :
    • Une meilleure réponse aux attentes des collaborateurs (93%)
    • Une augmentation de la productivité (64%)
    • Une réduction de l’empreinte carbone de l’entreprise (61%)  
  • Les DRH ont aussi conscience que le télétravail entraîne des transformations :
    • La nécessité d’une refonte du système managérial pour 93% des DRH. Le rôle du manager est amené à évoluer afin de pouvoir gérer des équipes à distance la plupart du temps.  Avec ce nouveau paradigme, il doit garder la cohésion d’équipe, faire évoluer les collaborateurs, garder le sens à la mission et fixer des objectifs. Un nouveau challenge à relever !
    • Une évolution des modes de travail vers plus d’autonomie du salarié (87%), plus de collaboration entre les équipes (59%) et de transparence (59%)

Dans un article du monde, Olivier Girard, président France-Benelux d’Accenture déclare : « Le télétravail n’est pas une fin en soi. Quand on ne sera plus en crise sanitaire, on ne restera sans doute pas à 30 % de l’économie française en télétravail, mais l’organisation du travail sera devenue hybride, avec du télétravail et du présentiel (8). » 

Télétravail : quels sont les modèles mis en place ?

Les entreprises qui ont choisi d’en faire la norme

Selon le site de France Inter, le groupe automobile PSA a choisi de faire du télétravail la norme et la présence au bureau l’exception. Les équipes ne viendront plus qu’un jour à un jour et demi par semaine physiquement au travail, à l’exception évidemment des salariés employés pour les activités de construction d’automobile qui nécessitent toujours une présence physique. 

Comme le montre également une enquête du site d’Europe 1, certaines entreprises pratiquent toujours le télétravail à 100%. Chez ADP, éditeur de solutions de paie, les 2.300 salariés ne sont toujours pas revenus au bureau depuis la fin du confinement et pratiquent tous le télétravail.

Un retour sur la base du volontariat

D’autres optent pour la possibilité d’offrir à leurs collaborateurs de revenir au bureau mais de manière limitée. C’est le cas de Microsoft France où le télétravail reste prioritaire mais ceux qui le souhaitent peuvent revenir au bureau qui peut accueillir jusqu’à 150 personnes maximum sur un effectif total de 1.800 collaborateurs.

Le site d’offres d’emplois Monster a choisi la même option. Les volontaires peuvent revenir au bureau. En revanche, dans les bureaux de Marseille : « Tous les salariés ont signé un avenant télétravail à 100%' », détaille la responsable ressources humaines de l’entreprise. 

A ce jour le télétravail peut être mis en place via un accord collectif ou à défaut une charte ou encore par un accord entre le salarié et l’employeur. Ainsi, les partenaires sociaux et le patronat devraient se réunir à l’automne afin de trouver un accord pour mieux encadrer cette pratique.

Et vous, comment organisez-vous le télétravail dans votre entreprise ?

Actualité Intuition Software précédente : Allongement du congé de paternité en France : ce que l’on sait

(1) Sondage: Opinionway

(2) La tribune : coup de frein sur le télétravail.

(3) Source : Ministère du travail

(4) Etude Opinionway

(5) ANDRH et BCG : « Le futur du travail vu par les DRH » juin 2020

(6) Source LCI : « Télétravail : un, deux ou trois jours par semaine, quel est le bon équilibre ? »

(7) ANDRH et BCG : « Le futur du travail vu par les DRH » juin 2020

(8) Le Monde : « Télétravail, ce qu’en retiennent les entreprises », Anne Rodier, 17 mai 2020